LA FORÊT DE DAMPIERRE


Télécharger le plan parcellaire

La surface totale de la forêt est de 128 ha. Le plan de gestion est prévu pour une durée de 20 ans.
La commune est devenue propriétaire du bois appartenant à la famille Bourgeois d'un contenance de 95 ha en août 1999.
La forêt est composée d'une série unique.
Elle sera traitée on conversion de taillis sous futaie en futaie régulière et irrégulière.
L'objectif principal sera la production de bois d'œuvre feuillu, tout en assurant la protection générale du milieu naturel du paysage.
La forêt est située entre 240 et 265 mètres d'attitude. La température moyenne annuelle est de 9 degrés. Les précipitations moyennes sont de l'ordre de 1044mm.

La forêt est composée de deux cantons : le bois Gaulard situé à côté du cabanon et le Bourgeois dans lequel se trouve l'étang du Patouillet (5ha).

Description de la faune sauvage : On note la présence du triton alpestre. Parmi les ongulés, le chevreuil est bien présent. le sanglier de façon occasionnelle et le cerf assez rare.
Les petits vertébrés habituels de Franche-Comté sont présents: petits mammifères (martre, hérisson, écureuil) micro-mammifères (mulots, musaraignes) oiseaux, buses, pics, geais, mésanges, sitelles).

L'étang du Patouillet soumis au régime forestier, présente un intérêt piscicole et ornithologique indéniable. La pêche y est autorisée pour les détenteurs d'une carte.
L'étang et ses bordures forment un paysage harmonieux, propice au développement récréatif de la zone.
Des zones d'extraction de minerais de fer datant du moyen-âge ont été localisées sur le canton du bois Bourgeois. Des résidus de fer coulés laissent supposer la présence d'un ou plusieurs fours.
L'étang du Patouillet trouve d'ailleurs son origine dans la nécessité de laver le minerai après extraction et avant traitement.
Actuellement les deux massifs forestiers sont matérialisés dans leurs limites périmètrales par de la peinture, toutes les parcelles sont identifiées et matérialisées par des plaques, ce qui permet aux utilisateurs et aux promeneurs de bien se situer.
Au cours des vingt ans 17,72 ha seront régénérés, le reste de la forêt sera traité en amélioration.
L'évolution souhaitée de la composition des essences sera la suivante : hêtre 28%, chêne sessile 54%, feuillus précieux et feuillus divers 14, résineux (sapin pectiné, épicéa, Douglas) 15%.

Rémy Martin - Agent ONF