À PROPOS DES ARMOIRIES DE DAMPIERRE

Dans Généalogie Franc-comtoise n° 97, Eric Le Bas de Bouclans a retracé l'évolution des armoiries de la commune de Dampierre dans le Jura. On ne peut que se réjouir de la démarche qui a consisté, pour la commune, à abandonner un écu écartelé bien maladroit, au profit de belles armes « de gueules à l'aigle au vol abaissé d'argent, surmonté d'un lambel d'or ». Des découvertes récentes permettent d'apporter de nouveaux éléments quant à l'origine des trois armoiries représentées, et de résoudre certains des problèmes soulevés par cet article.

Les armoiries aux clefs
Les Dampierre étant tellement nombreux en France, les confusions sont aisées. Ainsi, il est possible d'affirmer que c'est par erreur que l'abbé Pelletier a attribué les armes de gueules à deux clefs d'argent passées en sautoir surmontées d'une fleur de lys d'or à la famille de Dampierre dans le Jura. En effet, si l'on se fie à des auteurs tels que Jules Gauthier, Louis Suchaux, Borel d'Hauterive et de Mesmay, il apparaît que ces armoiries appartenaient à la famille de Dampierre-sur-le-Doubs, dans le canton de Pont-de-Roide. Cette famille était vassale du comte de Montbéliard, et ce sont bien ses armoiries qu'utilise aujourd'hui la commune de Dampierre-sur-le-Doubs. Elles n'ont donc rien à voir avec le Dampierre du jura, et peuvent donc être écartées du dossier.

L'écartelé au N
D'où pouvaient bien provenir les armoiries utilisées par Dampierre à partir des années soixante, et décrites comme étant « écartelées au 1 d'azur à la lettre N d'or surmontée d'un soleil de même, au 2 d'azur à la bande d'or, au 3 de gueules au huchet d'or et au 4 d'or plain (le mot jura en barre à la pointe senestre) ». Dans son article, M. Le Bas de Bouclans note que les armoiries ont été utilisées par Fraisans, et qu'elles apparaissent également sur les cartes postales du camping du lac de Chalain. Nous pouvons ajouter qu'en Haute-Saône, la commune de Jasney utilise depuis les années 1970 des armoiries similaires, et que Montigny-lès-Cherlieu aurait également utilisé les mêmes armes si nous n'étions intervenus à temps. Comment expliquer que des communes aussi éloignées les unes des autres aient pu utiliser les mêmes armes? La raison en est simple.

Au XlXe siècle, les communes comtoises s'équipèrent progressivement de bornes fontaines destinées à améliorer l'approvisionnement en eau. Parmi les modèles fabriqués en série et proposés dans les catalogues des fonderies, certains étaient ornés d'armoiries. Par exemple, les forges de Loulans proposaient une borne-fontaine aux armes de la ville de Vesoul telles qu'elles étaient utilisées au XIXe siècle'. Ce modèle, également proposé par d'autres fonderies, a été acquis, par exemple, par les communes d'Etrabonne et de Villers-Grélot dans le Doubs, où il se voit encore.

Pour le cas qui nous intéresse ici, ce sont les armes de Lons-le-Saunier telles qu'elles avaient été octroyées par Napoléon ler. Les armoiries primitives de Lons étaient coupées : au premier parti de gueules à la bande d'or et d'or au cor d'azur, embouché, virolé et enguiché de gueules ; au second d'argent plain. Elles montrent en chef les armes des Chalon (la bande), princes d'Orange (le cor) et en pointe un champ d'argent pour évoquer les sauneries. Ces armoiries très anciennes furent modifiées pour se plier aux exigences napoléoniennes. En 1812, la ville se vit concéder un écu écartelé au 1 d'azur au N d'or surmonté d'une étoile rayonnante de même), au 2 d'azur à la bande d'or, au 3 de gueules au cor enguiché d'argent, au 4 d'or plain. Désormais, le nouvel écu incluait à la place d'honneur l'initiale de l'Empereur surmontée d'une étoile, comme toutes les « villes de 2e classe ». Les autres éléments (bande, cor et surface plaine), étaient conservés, mais avec des couleurs différentes qui leur font perdre leur signification primitive.

Ces armoiries, en dépit de leur composition aberrante, survécurent à la chute de l'Empire. La municipalité continua à en faire usage au cours du XIXe siècle, époque où elles furent abondamment publiées et reproduites, comme l'illustre l'ample diffusion des bornes fontaines armoriées. Si, depuis plusieurs décennies, la ville de Lons a renoué avec ses armoiries anciennes, les bornes fontaines aux armes napoléoniennes subsistent dans toute la région, et continuent à semer le trouble dans l'esprit des édiles... Ainsi, plusieurs communes ont cru en toute bonne foi que les armoiries qui figuraient sur la borne fontaine du village étaient les leurs...

Origine probable de l'écu à l'aigle
Rousset nous indique que Dampierre dépendait de la prévôté d'Orchamps, et faisait partie du domaine des souverains du comté de Bourgogne. Hugues de Bourgogne, second fils du mariage d'Alix, comtesse palatine de Bourgogne, et de Hugues de Châlon, hérita des terres de Dampierre, Fraisans, etc. Il transmit, par un acte du mois de janvier 1304, Dampierre, Fraisans et d'autres lieux à ses neveux, enfants de son frère Othon IV.

Or les armes primitives des comtes de Bourgogne étaient de gueules à l'aigle d'argent. Sur un sceau de 1276 d'Alix de Méranie figure cet écu à l'aigle. Au moins trois de ses fils portèrent ces mêmes armes :
- Othon IV, qui les abandonna vers 1280 au profit du célèbre écu d'azur semé de billettes d'or, au lion de même brochant, Jean, qui lui resta fidèle à l'aigle, Renaud de Montbéliard, dont le sceau montre un écu à l'aigle brisé d'un lambel à cinq pendants.
- Malheureusement, nous n'avons trouvé aucun document attestant les armes de Hugues de Bourgogne, seigneur de Dampierre. Toutefois, ces armes devaient peu différer de celles de ses frères.

Par la suite, les successeurs d'Othon IV restèrent fidèles au lion, tandis que quelques collatéraux continuèrent à porter l'aigle. Autrement dit, les armes de gueules à l'aigle d'argent peintes dans la cour de l'école n'étaient pas fantaisistes, puisqu'elles étaient aux armes primitives des comtes de Bourgogne, premiers seigneurs de Dampierre, et notamment d'Alix de Méranie. Sur la version aujourd'hui adoptée par la commune figure un lambel, meuble autrefois utilisé pour indiquer un cadet de famille. Par conséquent, il s'agit probablement des armes, réelles ou supposées, d'Hugues de Bourgogne, fils d'Alix et frère cadet d'Othon IV, ou d'une branche cadette issue des comtes de Bourgogne.

Comme l'a justement remarqué Eric Le Bas de Bouclans, il existe précisément une famille de Fraisans qui aurait porté pour armes de gueules à l'aigle d'argent, chargée d'un larnbel d'azur selon Borel d'Hauterive et Mesmay, ou de sable selon Suchaux. Quelle qu'en soit la couleur, ce lambel indique un cadet, Fraisans et Dampierre appartenant au même ensemble seigneurial dépendant du domaine des comtes de Bourgogne, il est évident que les armes des sires de Fraisans dérivent de celles des comtes de Bourgogne dans leur version primitive. Nous pouvons donc formuler l'hypothèse que les sires de Fraisans sont à l'origine une branche cadette des comtes de Bourgogne ; en tant que suzerains, les comtes auraient confié à des cadets de leur lignage, et donc vassaux, une partie de leur domaine. Ce fief, incluant Dampierre et Fraisans, se serait transmis héréditairement à une famille qui aurait dès lors porté le nom de Fraisans. Comme les armoiries de cette époque ne nous sont connues que par des sources sans couleur (sceaux, pierres tombales), le lambel donné comme étant d'azur ou de sable a très bien pu également être d'or (les brisures ne sont pas soumises à la règle de contrariété des émaux)...

Pour conclure, Dampierre a d'abord utilisé, dans les années 1950, les armes des comtes de Bourgogne, et notamment celles de la comtesse Alix, pour signifier que la localité appartenait au domaine des comtes. Toutefois, ce choix a probablement été jugé trop imprécis, puisque nombreuses étaient les localités dans le même cas. Aussi le choix, en 1957, de ces armes brisées d'un lambel d'or reflète-t-il la volonté d'attribuer à la commune les armes d'un cadet ou d'une branche cadette issue des comtes, et implantée localement. Ce peut être Hugues de Bourgogne, frère cadet d'Othon IV, ou une branche cadette de la famille à qui aurait été confiée en fief la portion de domaine incluant Dampierre, peut-être précisément celle qui a adopté le nom du village voisin mouvant de la même seigneurie, à savoir Dampierre.
Reste à présent à retrouver les sceaux ou pierres tombales qui permettraient de préciser tout cela...

Nicolas VERNOT

Bibliographie :
M. BOREL D'HAUTERIVE, « Nobiliaire de Franche-Comté », Annuaire de la noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe, 1866, p. 380 (Dampierre-sur-le-Doubs), p. 392 (Fraisans). Jules et Léon GAUTHIER, Armorial de Franche-Comté, Paris, 1911, réimpr. Marseille, 1975, p. 6 (comtes de Bourgogne, dont Alix de Méranie et ses fils Othon IV, Renaud de Montbéliard et Jean), p. 10 (Dampierre-sur-le-Doubs).
Eric LE BAS DE BOUCLANS, « Evolution des armoiries de Dampierre (39) », Généalogie franc-comtoise n° 97, juin 2004, pp. 61-62.
Roger de LURION, Nobiliaire de Franche-Comté, Besançon, 1890, réimpr. Marseille, 1976. Jean-Tiburce de MESMAY, Dictionnaire historique, biographique et généalogique des anciennes familles de Franche-Comté, s.l.n.d., p. 320 (Dampierre-sur-le-Doubs), p. 403 (Fraisans). Bernard MUGNIER, Blasons franc-comtois de l'époque féodale à nos jours, manuscrit, s.l.n.d. Gabriel PELLETIER (Abbé), Dampierre et Fraisans au cours des âges, 1978.
Joël RIESER et Jean BAUQUEREY, Fourneaux et fonderies de Haute-Saône, t. 1, Vesoul, 2002, p. 59.
A. ROUSSET, Dictionnaire géographique, historique et statistique... du Jura, t. Il, Besançon, 1854, p.370-373.
Louis SUCHAUX, Galerie héraldo-nobiliaire de Franche-Comté, Paris, 1878, p. 200 (Dampierre-surle-Doubs), p. 245 (Fraisans).
Nicolas VERNOT, « Les armoiries des villes comtoises à la Renaissance d'après un recueil inédit de 1593 », Regards sur les bourgs et villes de Franche-Comté, du coeur historique aux quartiers périphériques, Actes du colloque de Dole, 2006, Les Cahiers Dolois n° 18, 2006, pp. 73-104, ici pp. 97-98 (Lons).