DAMPIERRE EN 1789
La préparation des Etats Généraux de 1789 se fit dans l'enthousiasme. Toutes les communautés du royaume se réunirent entre le 15 et le 22 mars pour rédiger les « cahiers de doléances » comme Louis XVI l'avait demandé.

Celui de DAMPIERRE a disparu. Il devait ressembler comme un frère à celui de FRAISANS dont il ne subsiste qu'un brouillon inachevé : « les habitants sont dépourvus de toutes aisances qui peuvent contribuer au bien de l'homme : sans fonds, sans communaux, sans bois, quel plus triste sort ? Etre obligé de se fatiguer, de travailler et de s'épuiser pour faire valoir le bien d'autrui, et n'en avoir que peu de récompense ! ».

Le 22 mars, Pierre JARY et François FALCONNET se rendirent à DOLE, emportant avec leurs cahiers, les espoirs des gens du village. Ils y rejoignaient les représentants des 174 communautés du baillage, tandis que Bonaventure BANGUE, notaire, participait, le 6 avril, à l'assemblée générale comme représentant du Tiers-Etat, et l'avocat GRENOT de GENDREY, à l'ouverture des Etats Généraux de VERSAILLES le 5 mai.

A la nouvelle de la prise de la Bastille, l'enthousiasme fut d'autant plus grand, que des Francs-Comtois s'y étaient distingués. Un dolois de 26 ans, Joseph ARNAY, était monté le premier à l'assaut. Une médaille d'or fut frappée en son honneur.
Mais la joie fut de courte durée. Comme une traînée de poudre, la nouvelle se répandit que les brigands venaient brûler les moissons et piller les villages. Les paysans s'armèrent, dévastèrent châteaux et colombiers s'emparèrent des archives et les incendièrent.
L' Assemblée Nationale arrêta ce mouvement irraisonné en abolissant les privilèges dans la nuit du 4 août.

Le 5 février 1790, DAMPIERRE devenait chef-lieu de canton ainsi présenté « DAMPIERRE avec le MINERET, EVANS, ANTORPES, RANCHOT, RANS dont le RANDEY, FRAISANS, SALANS, LA CORNE DE CHAUX, COURTEFONTAINE, BIARNE LES SALANS, CHATEAU DES RATS, ROND-BUISSON, CHERCHILLAC, BOIS DE SALANS, LES GRANGES LABOREES, LA VELOUPE, CHATEAU LE BOIS, BARAQUES DE LA BARRE. »

Gabriel PELLETIER